Dictionnaire terminologique Agroécologie

Né d’un dispositif de veille territoriale …

En 2013, Véronique Batifol-Garandel et Marie-Colette Fauré (Inra, Toulouse) mettent en œuvre, à l’échelle de la région Midi-Pyrénées, un dispositif de veille territoriale sur l’Agroécologie. Les informations traquées à partir de sources scientifiques, règlementaires, associatives, administratives … issues de pages Web, de sites internet, de flux RSS, de blogs, de la presse générale et spécialisée, …, sont collectées, analysées puis validées.
Ce travail a permis de capitaliser plus de 300 termes qui définissent à partir de l’observation et de l’analyse des pratiques de terrain, les différents champs liés au domaine de l’agroécologie. Ils constituent une ressource terminologique qui méritait d’être organisée et diffusée. De ce constat est né le projet de dictionnaire d’Agroécologie.

Adossé au projet PSDR Atari coordonné par Laurent Hazard (UMR AGIR Inra Toulouse), ce projet mobilise la participation des :

  • experts scientifiques des UMRs AGIR et DYNAFOR (Inra Toulouse) qui rédigent les définitions terminologiques soumises ensuite à discussion lors de séminaires scientifiques inter-unités organisés tous les premiers lundis de chaque mois. Ces échanges contribuent à la validation du contenu des définitions proposées par un expert ou un groupe d’experts. En cela ces séminaires contribuent à l’animation des collectifs scientifiques du département SAD, la mise en débat des définitions favorisent les échanges interdisciplinaires par le partage de point de vue sur les termes ou concepts de l’agroécologie.
  • étudiants de l’Ecole d’Audio Visuel de Toulouse (ESAV) qui réalisent la mise en visuel des définitions terminologiques fournies par les experts. Ces visuels de format court (maximum 3mn) ont pour ambition de donner un accès simplifié à la définition de chaque terme. Ils mobilisent les techniques de l’interview d’auteurs, de l’infographie et de vidéos.

Le dictionnaire est aujourd’hui accessible à tous !
Conçu pour favoriser la diffusion de la connaissance scientifique sur l’agroécologie au plus grand nombre, sa structuration et sa mise en visibilité internet doivent permettre à d’autres acteurs et territoires de s’en emparer et de participer à son enrichissement.

Show Buttons
Hide Buttons